dimanche 29 juillet 2012

Chasseur d'idées


Laissez-moi me présenter. Mon nom est Maxime. Je suis chasseur/ éleveur d’idées.
Vous êtes-vous déjà demandé d’où viennent les idées ? Pourquoi certaines personnes en ont plus que d’autres ?
Ce sont des gens comme moi. Des gens qui en avaient marre de tous ces vieux concepts, ces vieilles idées reçues, usées jusqu’à l’os.
Nous sommes des explorateurs, des aventuriers, à la recherche d’idées nouvelles, hors des pensées battues.
La plupart d’entre vous se laissent envahir par les idées des autres, pré digérées, convenues. Vous laissez la télévision, la radio, les traditions régurgiter ces notions ancestrales, éculées et remplir votre esprit, ne laissant plus aucun espace pour laisser évoluer les idées originales.
 Quant à nous, nous partons sans cesse à la recherche d’idées neuves, fouillant chaque recoin de notre esprit, extrapolant, théorisant, déconstruisant sans cesse. Nous combattons sans relâche les idées noires, les pensées obscures, nous creusant la tête pour atteindre notre objectif : l’idée lumineuse, brillante.
Celle-ci se présente généralement sous forme de graine, ne demandant qu’à germer. Toutes les idées ne grandiront pas de la même manière, il faut leur trouver un esprit fertile pour se développer, les renforcer, les tester en les bombardant sans cesse d’arguments contradictoires. Il faut les éprouver, les entraîner à subir les assauts de leurs détracteurs. 
Ainsi, si elle assez forte, si elle résiste à l’expérience, cette idée pourra devenir un moteur.
La sélection est extrêmement importante. Une mauvaise idée peut faire d’énormes dégâts. Tant de gens autour de nous sont déjà esclaves de leurs idées, leur obéissant aveuglément, sans avoir pris la peine de les vérifier.
Une fois que leur validité est confirmée, et si le moment est opportun, il ne nous reste plus qu’à la partager.
Tous les moyens sont bons. La peinture, la sculpture, le spectacle… Je suis moi-même spécialisé dans l’écriture.
Je fais le tour de mon idée, choisis mes mots, l’observe, la retourne, adopte différents points de vue. Dès que je suis certain de l’avoir bien cernée, alors je la pose sur le papier. Il est important d’utiliser des mots simples, clairs de manière à ce que l’administration de l’idée se déroule sans douleur.
Une fois partagée, elle ne m’appartient plus, n’est plus sous ma responsabilité.
C’est là que vous intervenez. Peut-être allez-vous l’intégrer, la faire vôtre pendant un moment , la laisser vous guider ou la laisser vous transformer. Peut-être allez-vous lui donner suite.
C’est à vous de voir. Voici donc l’idée que je vais vous demander d’entretenir, pendant quelques minutes, si vous avez le temps et cette idée me tient particulièrement à cœur, je vous serais donc reconnaissant d’en prendre soin, de la partager, de la faire vivre :
C’est vous qui choisissez quelles idées vous allez propager et quelles idées vous allez laisser s’éteindre. Merci  de prendre cette responsabilité au sérieux.