dimanche 15 novembre 2015

Mon avis

Vu que tout le monde peut donner son avis maintenant, je me suis dit que j'allais rajouter ma voix à tout ça.

Au début, je pensais dire : "Hey, vous êtes tous des cons, vous avez rien compris, ouvrez les yeux" et tout ça mais finalement, je me dis que c'est peut-être moi qui ai rien compris.

Depuis que je suis tout petit, je vois à la télé des guerres, des gens qui meurent, des famines, des explosions et tout un tas de choses.
A chaque fois, je ne peux pas m'empêcher de penser que chacun de ces reportages est un témoignage de nos échecs en tant qu'espèce et je le prend un peu personnellement.
Il y a donc cette boule au bide qui arrive quand je vois des gens qui s'entretuent, ce questionnement, comment on fait pour se sortir de là, de l'angoisse, de la frustration liée à mon impuissance à face tout ça etc... Pourtant, quand je sors de chez moi, rien, pas de problème, un SDF de temps en temps, des trucs faciles à résoudre genre aider une vieille à porter son sac dans les escaliers ou aider un pote à trouver une solution à ses problèmes.

Donc petit à petit, je me suis détaché de ce que je vois à la télé. Ca ne fait juste pas partie de mon monde et je ne peux rien y faire donc j'ai décidé d'en avoir rien à foutre.
Mais j'ai quand même essayé de comprendre comment améliorer les choses, qu'est-ce qu'il faut faire pour que collectivement, on prenne soin les uns des autres ?
La première chose à faire a été de développer un esprit critique, tout questionner tout le temps et ne pas se faire avoir par la dynamique de groupe, aborder les choses différemment et me faire mes propres idées. Ne pas juste accepter et diffuser les idées qu'on me transmet.
J'ai appliqué ça de manière un peu extrême jusqu'à devenir incapable de faire vraiment partie d'un groupe, toujours me positionner à l'extérieur et éviter tous ces comportements censés renforcer l'esprit de groupe.
Parce que pour moi, la raison principale de toute cette souffrance est le fait que les gens se laissent dominer par leur émotions et prennent de très mauvaises décisions sous le coup de la peur et de la colère. Parce que , sous le coup de la peur, on fait ce qu'on nous dit sans réfléchir.
Mais voilà, le truc est qu'on  fait tous partie d'un groupe, qu'on le veuille ou non. Un pays, une association, une entreprise, une espèce ou autre. Et j'ai toujours tendance à me sentir responsable des actions du groupe dont je fais partie. Je crois que c'est là que je comprends pas un truc.
Par exemple, au niveau du pays, le groupe peut engager des actions qui vont avoir des conséquences internes ou externes : Réformer les retraites ou fournir du soutien scolaire aux enfants d'un pays étranger.
Pour gérer en interne, il y a plusieurs sous-groupes responsables de différentes tâches comme l'éducation des membres du groupe ou s'assurer que tout le monde ait un toit et à manger. Un peu comme des organes. Si notre rein ne fonctionne plus, c'est à nous en tant qu'organisme qu'il appartient de faire ce qu'il faut pour le soigner et survivre.
Pour l'impact externe du groupe, pour moi, TOUT le groupe en est responsable.
Toute vie humaine est importante, que ce soit un orphelin en train de mendier dans les rues de Bucarest ou un ministre ou un chef d'entreprise ou un extremiste quelconque.
Je suis, en tant que citoyen de mon pays, responsable à la fois de toutes les actions de mon pays à l'extérieur mais également de la santé de mon pays. Quand mon pays part en guerre, chaque soldat qui meurt est une blessure à l'organisme dont je fais partie. Le sang de chaque personne qui meurt sous les balles/bombes/missiles de l'armée française est sur mes mains.
Je travaille chaque jour et je paie des impôts pour insuffler de la vie à cet organisme, et m'assurer qu'il survive et tant que je décide d'agir pour le garder en vie, je suis responsable de ce qu'il fait.
Je n'ai pas été collabo, je n'ai pas participé à l'holocauste, je n'ai rien colonisé, je n'ai pas fait la révolution de 1789. Ca c'était pour les cellules de l'époque.
Par contre, j'ai bombardé pas mal de pays, je suis resté passif devant une bonne dizaine de génocides, j'ai apporté mon soutien pour aider les victimes de divers cataclysmes, j'ai gagné la coupe du monde, etc... 
Les réfugiés qui se déversent par les frontières ne sont que le sang d'un autre organisme que j'ai éventré.
Je suis responsable de tout ça. Et je le porte chaque jour. Et chaque cellule de l'organisme l'est. Chaque personne qui paie des impôts et se dit français l'est.
Si on enlève tous les membres d'un groupe, le groupe n'existe plus. Nous portons tous la même part de responsabilité.
Nous nous reproduisons, la police fait office de système immunitaire, les agriculteurs nous nourrissent, les artisans et les entreprises nous font grandir et nous développer, etc...
En tant qu'organisme, ce qui s'est passé à Paris n'est qu'une petite infection, à force de se promener avec autant de sang sur nous, de regarder la souffrance sans réagir, de laisser s'installer la haine et la peur sans essayer de soutenir et de rassurer, on s'est fait contaminer.

Je pense qu'on a que ce qu'on mérite. Notre organisme est atteint d'une forme d'apathie. Les cellules ont oubliées de quoi elles font partie et le cerveau est en plein dépression.

Je vais continuer à essayer de soigner les organes, et de faire mon petit travail de cellule même si je me trompe complètement. Et ça ne consiste pas à essayer d'avoir un meilleur Iphone ou une plus jolie voiture. En tant que partie de cet organisme, je ne pourrais jamais être heureux s'il souffre d'une blessure ouverte et que ses actions n'ont pas un impact positif sur le monde extérieur. Je veux rétablir la communication au niveau des synapses et améliorer notre capacité à prendre des décisions en tant que groupe.

Peut-être que le fait de voter ou de mettre une photo de profile différente sur Facebook fait partie d'un processus de guérison quelconque que je ne comprends pas mais nos responsabilités restent les mêmes. Et y a du boulot.