samedi 15 avril 2017

Mon interpretation de la Voie du milieu

Y a des trucs comme ça qui sortent pendant la méditation mais là c'est un peu trop long pour un statut Facebook.

Je vais essayer d'expliquer ma compréhension actuelle de la Voie du milieu. Actuelle, parce qu'il y a plusieurs manières de comprendre les choses, suivant le point de vue.

Par exemple, j'ai regardé ce film 6 ou 7 fois à différentes périodes de ma vie et j'ai l'impression d'en voir un différent à chaque fois :


Qu'on le veuille ou non, on fait tous partie de différents systèmes : le système solaire, une société, l'écosystème, etc...

Tous ces systèmes interagissent entre eux, et les éléments qui composent chacun de ces systèmes bougent, s'organisent, se désorganisent... en fonction des forces internes et externes qui agissent sur et à l'intérieur d'eux.

Par exemple, si on nage dans l'océan, on va être ballotté par les vagues, en fonction des marées, influencées par la lune...etc...

Lutter contre les vagues demande de l'énergie, il est beaucoup plus simple de se laisser porter par le courant, et quoiqu'il arrive, on n'arrêtera pas les vagues.

Si on se laisse flotter, porter, on atteint un point où l'énergie utilisée est quasi nulle. Et si vous avez déjà pratiqué les cabines de flottaison, vous verrez exactement ce que je veux dire.

http://www.guidepiscines.fr/articles/les-cabines-de-flottaison-une-experience-unique

Ca c'est pour l'extérieur. Mais nous sommes également un système, avec des lois qui nous régissent, des forces qui nous parcourent, soumis à différentes tensions. Chaque expiration et chaque inspiration est un mouvement entre 2 extrêmes : poumons vides et poumons pleins.

Le problème est qu'intérieurement, on lutte contre les vagues constamment, à tout un tas de niveaux.

Si on lâche un caillou depuis une certaine hauteur, la gravité va l'amener jusqu'au sol et il va s'arrêter là s'il n'y a pas d'autre force pour le faire bouger et si le sol est de niveau.

Le caillou ne va pas se mettre à hurler, à bouger ses petits bras et essayer de lutter contre cette situation. Il ne va pas consommer d'énergie pour fuir l'inévitable.

Pour moi, nous sommes constamment entre 2 forces, et il y a un point où ces 2 forces s'annulent, un équilibre où les forces de chaque côté ont exactement le même effet.

Et à l'intérieur c'est pareil, que ce soit au niveau musculaire, émotionnel, mental, etc..

Par exemple, si nous ressentons de la douleur, nous allons essayer de nager contre ce courant pour retourner vers le plaisir. Mais c'est juste que la force "Douleur" est plus forte, se fait ressentir plus violemment. C'est un peu contre-intuitif mais j'ai l'impression que la douleur nous pousse vers le plaisir et le plaisir vers la douleur. Si on essaie de forcer trop en direction du plaisir, alors la force "douleur" n'utilise pas d'énergie et le plaisir s'affaiblit, et nous aussi. Si on laisse la douleur nous pousser, elle va se faire sentir un moment plus intensément, puis l'équilibre va se rétablir.

C'est un concept un peu similaire pour les émotions, si on fuit la colère, la tristesse etc..., on crée une tension, on dépense de l'énergie constamment.
Pareil au niveau musculaire, certains muscles de notre corps sont en tension constante à cause d'un traumatisme ou d'un autre, et dépensent de l'énergie. Et on ne s'en rend même plus compte.

Je pense qu'un excellent moyen d'économiser de l'énergie est de se débarrasser de ces points de tensions, de les identifier et de se laisser aller, porter par le courant pour atteindre le point d'équilibre où les 2 forces opposées s'annulent.

Et ce n'est pas juste à 2 dimensions mais à plusieurs avec des tonnes d'axes équilibrés ou non. A chaque fois qu'on équilibre un point, on économise de l'énergie et on peut l'utiliser sur autre chose.

Et petit à petit, on atteint différents niveaux d'équilibre, qui libèrent différentes choses :

via GIPHY

Pour moi, la Voie du milieu, c'est ça. Trouver ce point ultime où toutes les forces sont en équilibre et ne pas pousser dans un sens ou dans l'autre.
C'est là qu'est toute la difficulté : dès qu'on essaie d'atteindre ça, on nage, on crée une tension et on s'en éloigne.
Il faut accepter la chute, comme le caillou, pour dépasser ce qu'on est, devenir un système parfaitement équilibré et générer quelque chose de plus.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire