dimanche 9 janvier 2011

Aaaah l'Amour !!

Je me rend compte que l'amour n'est pas ce que je croyais... Je confondais l'amour et l'approbation...Je pensais qu'il se méritait, qu'il fallait se conduire correctement pour avoir droit à l'amour de quelqu'un...qu'il y avait des conditions à remplir.
Je pensais qu'en me basant sur l'approbation des gens, sur leur acceptation, je pouvais savoir qui je devais être...Je pensais que si je voulais que quelqu'un m'aime, il fallait que je colle à ce qu'il voulait que je sois.
Je me suis servi de cette quête d'approbation pour me définir. Dès que je voulais être aimé par quelqu'un, je m'empressais de découvrir ce qu'il attendait de moi...Répondre à ses attentes me permettait de m'assurer son amour...Enfin je croyais.

Je me suis trompé. Longtemps. Je me suis perdu. Beaucoup. Je pensais que ce n'était pas de ma faute. Que les femmes ne savaient pas ce qu'elles voulaient. Alors qu'en essayant de coller à cette image fictive, je disparaissais...Je perdais de ma substance...de mon intégrité.

Parce que, pour moi, la seule manière d'obtenir l'amour de quelqu'un était de faire ce que l'on attendait de moi.

Alors que non. L'amour, c'est pas ça. Ce n'est pas quelque chose qui se mérite, il n'y a pas de conditions à remplir.

Pendant si longtemps, j'ai cherché cette approbation, je l'ai utilisée comme un point de repère, un gouvernail pour définir mes comportements. Savoir ce qui était bien ou mal.

Je me sens comme un poisson qui a passé la plus grande partie de sa vie à nager dans un bocal perdu au milieu de l'océan...sans comprendre pourquoi il se prend la vitre sans arrêt alors que les autres semblent nager si facilement....

L'amour n'accepte pas de conditions.

Je me rend compte que je posais également des conditions à l'amour que je dois avoir pour moi...Si je fais ça, j'ai une opinion positive de moi...Tandis que si je fais ça, je me sens coupable...Je ne peux me pardonner...Je ne m'aime pas quand je suis comme ça...

Mon amour propre est indépendant de mes comportements, de mes réactions, de mes actes. Il est au-dessus de tout ça.

Je ne peux pas me dire que je m'aimerais et m'accepterais si je fais ça. De même que je n'ai pas le droit de dire à la personne que j'aime qu'elle doit agir d'une certaine manière pour que je continue à l'aimer. Quoiqu'il arrive, quoique je fasse, je dois toujours en avoir pour moi. Parce que je ne peux pas demander aux autres quelque chose que je n'oserais pas me donner à moi-même.

Le véritable amour n'accepte pas de conditions. Il est calme. Il est paisible. Il est là. Ou pas.

La seule chose qui m'a fait mal dans l'amour, qui m'a brûlé, qui m'a déchiré, ce sont les attentes que j'ai posé dessus, les espoirs, les projections. Je voulais quelque chose en retour, pour tous mes efforts, pour cette quête d'approbation. Après tout ce que j'ai fait, comment tu as pu me faire ça ?
Tout le côté tumultueux de la relation, ces sentiments de trahison, d'abandon, de rejet, d'injustice, de chantage. Tout cela est lié aux attentes, aux luttes de pouvoir pour tenter de m'approprier ce que je croyais être de l'amour.

L'amour est une chose fragile qui ne résiste pas au poids immense de nos attentes.
Il se donne. Il ne se reprend pas. Il n'y a rien à attendre en retour. Il se vit.

J'ai dû arrêter trop de relations par peur de me perdre. Parce qu'à force de courir après l'amour, je me suis retrouvé dans des endroits où je ne voulais absolument pas être.

Alors que quand on m'en donnait, je ne le reconnaissais pas, je ne le voyais pas.

Je me suis rendu compte de ça. Ca fait du bien. En fait je le savais déjà. Avant. Mais je l'avais oublié.

Et maintenant, c'est ça qui me fait peur.

Que va-t-il se passer si je l'oublie encore une fois ? Combien de temps va se passer avant que je m'en rende à nouveau compte ?

Est-ce que le fait d'avoir compris cela va m'empêcher de me perdre à nouveau ?

Je sais pas. En attendant, ça fait du bien de savoir que c'est là.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire