samedi 22 janvier 2011

Mc Do

Je m’appelle Kevin, et si j’écris ce soir, c’est pour vous conter l’aventure étrange que j’ai vécu hier soir. Je revenais du Mc Donald, impatient de pouvoir déguster le menu Big Mac que j’étais allé y chercher, respirant avec envie les douces effluves que répandait le hamburger tout chaud dans ma voiture. J’imaginais les frites au sel scintillant posées sur la table de ma cuisine alors que mon estomac me laissait entendre ses plaintes étouffées.
Lorsqu’enfin je pus réaliser ces fantasmes, lorsque je réussis à m’installer et me préparait à mordre dans un des miracles issus tout droit de l’imagination de mon idole Ronald, un cri paniqué parvint soudain à mes oreilles :
_ Non ! Attends !
Etonné, je jetai un regard autour de moi pour tenter d’en définir la source, mais il n’y avait personne.
_ Non ! Ici ! Entre tes doigts !
Je sentis soudain la frite que je tenais se tortiller entre mon pouce et mon index. Horrifié, je la laissais tomber sur la table, provoquant un gémissement de douleur :
_ Ouille !
_ Mais, mais tu parles !Lui fis-je aussitôt remarquer, sans parvenir à maîtriser ma surprise.
_ Bien sûr que je parle, qu’est-ce que tu crois ?
_ Ben, je n’avais jamais parlé à une frite avant !
_ C’est parce que les autres sont mortes, je suis la seule rescapée. Nous sommes les victimes d’une horrible conspiration. Veux-tu que je te raconte mon histoire ?
Je haussai les épaules et répondit par l’affirmative, encore abasourdi par ma découverte. Et elle se dressa alors pour me faire entendre :

LA FABULEUSE AVENTURE DE SYNTHESIS LA FRITE.

« Tout a commencé dans mon pays natal : un endroit merveilleux peuplé de feuilles de salade gigantesques gambadant joyeusement dans les champs de cornichons; où il faisait bon se reposer à l’ombre d’un arbre à steaks se balançant mollement au gré d’une brise fleurant bon l’oignon fraichement déterré. Mon peuple, les végétalines vivions pacifiquement dans les grandes plaines du Cola, à l’intérieur de nos maisons en pain au sésame. Je suis née sur la colline du Deluxe où je grandis avec ma famille. Je vécus une enfance heureuse, aidant mon père à emmener paître les troupeaux de nuggets au bord de la rivière de Ketchup, sans me douter que mon existence allait être détruite en une fraction de seconde.
Un jour, alors que je chevauchai mon fidèle Pomme, un chausson domestique, le ciel entier s’obscurcit en un instant. Pomme s’affola et me jeta à terre. Je tentais vainement de le rattraper, tout en cherchant des yeux la cause de tout cela, lorsque j’aperçus soudain un être hideux, avec un sourire grotesque et un monstrueux nez rouge.
D’une poignée, il attrapa ma maison entière avec ma famille à l’intérieur et fourra le tout dans un sac. Je hurlais alors, pour faire comprendre à cette brute que les frites mouraient plutôt que de se rendre et elle m’empoigna moi aussi pour me mettre dans son sac. Folle de rage, aveuglée par la haine, je me débattis tant bien que mal, pendant des heures et des heures. Malheureusement, lorsque je parvins à sortir, nous étions déjà dans ce que vous, horribles fritivores, appelez une cuisine. Ma famille et même mon pauvre Pomme furent ensuite plongés dans un bain d’huile bouillante, m’appelant à l’aide alors que je ne pouvais que contempler, impuissante. Le tout produisant un gargouillement horrible.
Après quelques minutes, le corps sans vie de Pomme fut enfermé dans un cercueil de carton aux couleurs agressives tandis que ma famille reposait dans un récipient de la même matière.
N’écoutant que mon courage, je sautai pour les rejoindre, versant des larmes chaudes sur leurs cadavres ébouillantés.
On nous a mis dans une boîte et me voilà maintenant, après avoir manqué me noyer dans une flaque de salive gluante et m’être presque étranglée avec un poil d’origine douteuse. »

La frite était maintenant sur ma main, se tortillant, révoltée par tant de violence. Un doute subsistait dans mon esprit, comment savoir si une frite vous mentait ?
Il n’y avait qu’un moyen d’être fixé : Je croquais dedans et quelle ne fut pas ma surprise en constatant qu’elle n’était effectivement pas cuite ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire