samedi 29 janvier 2011

Comme un lapin

Seul sur le trottoir sous la pluie battante
C’est ainsi que commence l’interminable attente
Le cœur plein d’espoir un bouquet à la main
L’œil rivé sur l’horloge du bistrot du coin
Et puis il se demande quel chemin elle a pris
Repense à son visage, son rire et il sourit

L’heure tourne, le temps passe
Minute après minute, notre homme se lasse
Son esprit se répand en suppositions et en hypothèses
Une boule dans l’estomac qui gonfle et le rend mal à l’aise
S’est-il trompé de jour, d’heure ou d’endroit ?
Il voudrait vérifier mais il ne le peut pas.
Il a acheté les fleurs pour lui faire une surprise
Mais plus il les regarde et plus son cœur se brise

Elle a eu un problème, juste un empêchement
Et chez lui un message l’attend probablement
Peu à peu la nuit tombe, les lampadaires s’allument
Des pavés encore chaud, monte une fine brume
Encore dix minutes, peut-être n’est-ce qu’un retard ?
Une voiture arrive, il aperçoit des phares
Elle approche lentement, lui rendant un espoir
Et puis elle le dépasse.

Elle ne viendra pas, il en est sûr maintenant
Il a dû se tromper, pas possible autrement
Ses chaussures sont trempées, le froid lui gèle le sang
Il va tomber malade, il doit partir maintenant.
Le cœur serré, les larmes au yeux, il reprend son chemin
En caressant l’espoir qu’elle l’appelle demain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire