samedi 29 janvier 2011

Juste un truc

Une foule s’avance scandant des slogans chargés de rage
Une masse sombre déferle dans la rue, mécontente, révoltée
Persuadée qu’encore une fois ils ont voulu la tromper.

Debout derrière un pupitre, il harangue les foules
Les rallie à sa cause, les charme de sa prose
Il leur promet la lune, dit que tout se déroule
Comme il l’avait prévu

Une main glisse sur une peau satinée, descend doucement vers le téton dressé
Une lente caresse lui arrache un soupir d’extase.

Il enclenche l’interrupteur, qui ferme le circuit
Alimente le moteur qui tourne les poulies
Là, le cable s’enroule, fait monter la cabine
A l’étage choisi, un rupteur se déclenche
Arrête la bobine et le cycle est fini

Sous le poids soudain, les ressorts en tension émettent un grincement
Submergée de plaisir, elle ne peut plus tenir et pousse un gémissement
Il se retire et recommence, grincement, gémissement
De plus en plus rapidement, pour que finalement
Ils atteignent l’orgasme.

Sous le soleil levant, en rang, dans un champ
Jambes fléchies ils exécutent à l’unisson une succession de gestes lents
Inspiration, bombent leur torse, replient leurs doigts, les ramènent lentement
Expiration, déportent leur poids, tendent leurs bras, paumes vers l’avant

Les pieds frappent le bitume, les semelles à chaque pas claquent sur le pavé en un mouvement régulier, faisant refluer la brume, le tissu est tendu sur les muscles contractés pour fournir l’énergie demandée.

Refrain ???

Une succession de gestes, d’impulsions met la masse en mouvement
Tout change, tout bouge, se déplace, sans cesse, tout vit, tout meurt, tout monte tout descend, car tout est en mouvement
Ascension, rotation, translation, pression, déplacement, tout n’est que mouvement

Le mouvement de foule, de masse, politique
Le faux mouvement, mouvement mécanique
Mouvement contrôlé, incontrôlable et réaction chimique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire