dimanche 9 janvier 2011

Adam et Eve

Au commencement, il n’y avait rien… Et Dieu, qui en avait un peu marre de tourner en rond, créa le monde. Il travailla comme un fou toute la semaine, tout excité qu’il était d’avoir un nouveau hobby, il créa les océans, les arbres, les oiseaux. Il créa l’homme, et pris de compassion lorsqu’il le vit lui aussi tourner en rond, il créa également la femme. Le septième jour, il créa l’ornithorynque…s’aperçut qu’il était temps de faire une petite pause finalement et contempla fièrement son œuvre en sirotant un petit café :

Adam : _ Bon alors, il faut que j’aborde le sujet doucement, surtout ne pas l’effrayer. Si je me grille, c’est foutu pour l’éternité.
Hé, salut Eve ! Comment tu vas aujourd’hui ?
Eve : _ Ca va bien ! Et toi, qu’est ce que tu fais ?
Adam : _ Hé bien, en fait j’aurais besoin de te parler.
Eve : _ Qu’est-ce qu’il t’arrive ?
Adam : _ Voilà, je réfléchissais….et…ça fait plutôt longtemps qu’on se connaît ?
Eve : _ Depuis notre création, oui, je sais pas exactement, mais…
Adam : _ Et on s’est plutôt bien entendu jusqu’ici, je veux dire, il n’y a jamais eu d’accrochage entre nous, on a toujours entretenu des rapports assez sains.
Eve : _ Oui, c’est vrai, maintenant que tu le dis.
Adam : _ Bien, donc je réfléchissais et je me demandais si tu ne pensais pas qu’il serait bien de passer à la vitesse supérieure ?
Eve : _ C'est-à-dire… ?
Adam : _ Ben, on est de bons amis, et vu qu’on est probablement ici pour un bout de temps, qu’il y a pas grand-chose à faire, à part se promener, tout ça, peut-être qu’on pourrait commencer à…comment dirais-je…explorer mutuellement nos corps.
Eve : _ Quoi ? Tu veux dire, le sexe ? Tu veux qu’on devienne amants ?
Adam : _ Oui, pourquoi pas, on l’a jamais fait ça peut être une bonne expérience, et je sais pas toi, mais depuis quelque temps, je ressens des choses bizarres en ta présence, une sorte d’excitation. Je me sens bien en ta présence. Je pense que je suis amoureux de toi.
Eve : _ Wow, écoutes Adam, ça me touche beaucoup ce que tu me dis, je trouve ça très mignon…
Adam : _ Mignon ?
Eve : _ Oui, mais je ne ressens pas la même chose pour toi, je suis désolée.
Adam : _ Comment ? Mais pourquoi ?
Eve : _ Hé bien, je trouve que tu te relâches un peu ces derniers temps.
Adam : _ A quel niveau ?
Eve : _ Un peu tous, au début tu étais prévenant, tu me faisais des petits cadeaux, et puis il y a l’hygiène…
Adam : _ L’hygiène ? Mais…
Eve : _ Oui, je ne sais même pas si tu t’en rends compte mais avant…comment dire ? Avant tu ne te permettais pas de péter en ma présence.
Adam : _ Oh, en pleine nature, tu peux faire pareil si tu veux.
Eve : _ Non, voyons, c’est dégoûtant. Et puis regarde ta feuille de vigne, elle est toute marron et fripée. Tu ne la changes même plus.
Adam : _ Parce que tu crois que c’est facile à faire tenir ? Maintenant que j’en ai trouvé une qui tient, je la garde.
Eve : _ Aaaaah, ça veut dire que tu ne l’enlèves pas pour dormir ?
Adam : _ Non, ben non. Tu l’enlèves, toi ?
Eve : _ Bien sûr, et je la change régulièrement.
Adam : _ D’accord, admettons, si je fais un effort à ce niveau là, il y a une chance pour que tu tombes amoureuse de moi ?
Eve : _ Non, écoute Adam, je préfèrerais… qu’on reste amis.
Adam : _ Amis ? AMIS ? Mais…non, non, c’est pas possible, je peux pas être dégoûtant à ce point, non.
Eve : _ Voyons, ce n’est pas grave, on a toujours fait comme ça.
Adam : _ Pas grave ? Mais tu es la seule femme au monde, dans l’univers entier et moi, moi, je suis le seul homme et tu préfèrerais qu’on reste amis ? C’est impossible !
Mais comment tu peux me faire ça ? Je rêve ! Non, écoutes, il doit y avoir une solution. Dis moi ce qu’il faut que je fasse ! Je changerais de feuille de vigne toutes les dix minutes si tu veux, j’irais péter à l’autre bout du jardin, je te ferais des cadeaux tout le temps.
Eve : _ J’ai bien peur que non, je n’ai pas envie de toi, Adam, il faut que tu t’y fasses.
Adam : _ OH non ! Je suis le pire des losers, je suis bon à rien, c’est foutu maintenant, seul pour l’éternité, SEUUUUUUUHEUUHEUUEHUEUL !!!!
Eve : _ Adam, je suis désolée, ce n’est pas la peine de te mettre dans des états pareils, viens dans mes bras, ce n’est pas grave.
Adam : _ Non, vas-t-en, je ne veux plus te voir.
Eve : _ ADAM ! Mais…je sais, je vais aller te faire une bonne tarte aux pommes pour faire passer ton chagrin, tu verras, ça te fera du bien de manger. Attends moi ici, j’ai repéré un pommier pas loin, je reviens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire