mardi 18 janvier 2011

Histoire à dormir debout

Le représentant fit coulisser la porte d’entrée et laissa Jacques pénétrer dans une pièce d’une quarantaine de mètres carrés aux murs nus. L’unique éclairage provenait d’une ampoule halogène fixée au plafond.
Jacques, surpris d’abord, puis énervé par le sourire satisfait de l’agent immobilier ne put s’empêcher d’exploser :
_ C’est quoi ? C’est une blague ? Vous appelez ça un appartement ?
Le sourire disparut du visage de son interlocuteur qui s’empressa de s’expliquer :
_ Non, attendez, forcément ça ressemble à rien comme ça, mais je vais vous montrer. C’est un tout nouveau concept, vous allez adorer, j’en suis sûr. MODULE CUISINE.
Aussitôt, les murs se mirent en mouvement, expulsant un magnifique évier en inox, un four multi-usages et un ensemble de plaques à induction. Un panneau sur leur gauche coulissa pour découvrir une panoplie complète d’ustensiles.
_ Wow.
Jacques en resta bouche bée. La pièce auparavant vide venait de se transformer en cuisine équipée professionnelle.
Le sourire réapparut sur le visage du vendeur.
_Et attendez, vous n’avez rien vu. RANGER. MODULE SALON.
A grands renforts de chuintements et de grincements, la cuisine disparut pour faire place à un canapé cuir, un tapis angora, un écran géant et une cheminée factice.
_ Si vous n’aimez pas la lumière, on peut changer : LUMIERE BLEU PASTEL.
L’ampoule halogène fit défiler le spectre de couleurs pour finalement s’arrêter sur un bleu clair. Jacques parvint enfin à reprendre sa respiration et à articuler quelques mots.
_ OK, ok, c’est bon je prends.
Il se retrouva aussitôt avec un contrat rempli à son nom sous le nez.


_ Je te dis, cet appart est hallucinant, il fait presque tout, tout seul.
Jacques allongé sur le lit de son nouveau foyer, appelait tous ses amis pour organiser la crémaillère du siècle. Marquant une pause de temps à autre pour reprendre une gorgée du verre de champagne qu’il s’était autorisé, il décrivait à chacun sa nouvelle acquisition sans lésiner sur les adjectifs élogieux.
_ Je sais pas encore si on va pouvoir faire rentrer tout le monde mais je vais m’ar(s’étranglant sur une bulle de champagne)euh euh…ranger.
Un soudain grincement sur sa droite attira son attention, la table de chevet venait de disparaître dans le mur.
_OOOH, PUTAIN !!
Le lit sur lequel était allongé Jacques se plaqua contre le mur, suffisamment violemment pour projeter son verre à champagne contre une imitation de tableau de maître, qui disparut lui aussi dans son compartiment.
Jacques se retrouva ainsi la tête en bas, le visage plaqué sur son oreiller, incapable de proférer un ordre audible malgré ses efforts.
_ HOHUHE HAMHHE HOHUHU HMAHH HUHAIN !
Il finit, au bout de plusieurs heures, par s’endormir ainsi, debout.

1 commentaire:

  1. c'est trop génial Yannick, j'ai ADORE...
    tu pourrais publier régulièrement dans un magazine, ainsi j'apprécierais mieux les magazines! c'est le premier texte que je lis!
    Claire Hofmann

    RépondreSupprimer