dimanche 9 janvier 2011

Je peux.

Je peux...

Je peux manger, je peux boire, je peux me lever
Je peux rester assis, je peux sortir, je peux prendre ma voiture
Je peux faire le tour du village et rentrer, je peux tourner brusquement le volant et m'écraser contre un arbre
Je peux...
Je peux aller à l'aéroport et prendre un billet pour n'importe où, je peux faire du stop pour n'importe où
Je peux acheter le premier truc qui vient, je peux appeler n'importe qui et lui dire ce que je pense de lui
Je peux aimer qui je veux, je peux détester qui je veux
Je peux souffrir, je peux me taper sur le doigt, je peux me mettre une claque
Je peux...
Je peux quitter mon travail, je peux passer une nuit à l'hôtel, je peux hurler, je peux pleurer
Je peux rire, je peux courir, je peux sauter, je peux prendre une inconnue dans mes bras et lui dire que tout va bien se passer
Je peux sourire à n'importe qui, je peux insulter n'importe qui, je peux sauter par la fenêtre, je peux écrire
Je peux dire à tout le monde que je suis de droite, que je suis de gauche, que je suis raciste, que je suis pédophile, que je suis gentil, que je suis méchant.
Je peux dire tout ce que je veux
Je peux penser tout ce que je veux
Je peux....
Je pourrais...
Mais je ne le fais pas. Je me crois si intelligent que je pense pouvoir prédire les conséquences de mes actes. Je me dis que si je fais ça cela va donner ça...alors je ne le fais pas...
Mais parfois je le fais, et ça ne donne pas ce que j'avais prévu...Est-ce que tous les actes que je me suis retenu de faire auraient eu toutes les conséquences que j'avais prévu ?
Est-ce que la majorité de ce que je prévois se passe ? Même pas.
Je peux faire tant de choses mais je me crois si intelligent que je pense pouvoir en prédire les conséquences, alors que rien ne se passe comme je l'avais prévu.
Le fait de ne pas agir sous prétexte de conséquences sorties tout droit de mon imagination, de la peur de ce qui pourrait se produire fait de moi un lâche.
Je me croyais intelligent mais je ne suis qu'un lâche.
Je peux. J'ai un pouvoir énorme. A chaque instant. Chaque moment ouvre la porte à une infinité de possibilités.
Je peux me lever, je peux arrêter d'écrire, je peux cracher par terre, je peux chanter, je peux rire.
Je pourrais.
Mais je ne le fais pas.
J'abandonne ce pouvoir à la peur d'agir...au besoin de contrôle...la peur de l'erreur.
Je peux faire tant de choses... Comment savoir ce que je dois et ne dois pas faire ?
Je peux m'asseoir et me laisser mourir...Je peux me lever et hurler mon envie de vivre....envie....
J'ai envie.
Je peux. J'ai envie.
Je peux et j'ai envie.
J'ai suffisamment envie pour en assumer les conséquences. Plus je serais prêt à assumer, plus je pourrais.
Je peux. J'ai envie. J'assume. J'agis.
Je suis prêt à assumer. J'accepte les responsabilités de ce que je peux faire. J'assume de pouvoir me lever à tout moment. J'assume de pouvoir hurler quand bon me semble. J'assume de regarder quelqu'un dans les yeux et de lui dire ce que je pense. J'assume mes actes, j'assume mes erreurs, j'assume les conséquences et surtout, j'assume mes envies.
Je peux. J'ai envie. J'assume. J'agis.
Je peux parce que je suis. J'ai envie parce que je suis en vie. J'agis parce que j'assume.

Ce pouvoir est le mien. Et parce que je l'assume, personne d'autre ne l'aura. Je choisis selon mes envies et j'agis. Et j'assume les conséquences. Prévues ou non.

Voilà pour moi la seule preuve que je suis en vie. Je ne refuse pas le pouvoir que j'ai sur le monde de peur de rendre le monde pire qu'il n'était avant que j'y sois.
Je prends ce pouvoir et je fais ce que je peux pour rendre mon monde meilleur. Pour réaliser mes envies.

Je ne serais pas un lâche.

1 commentaire:

  1. tu peux, mais si tu continues à mettre un "s" à la fin de la première personne du pluriel je te déshérite ...

    RépondreSupprimer